Un hiver qui dure un peu trop longtemps en Franche-Comté...

De la neige, de la pluie, encore de la neige, avec parfois un peu de brouillard : voilà ce que subissent les franc-comtois depuis maintenant plusieurs semaines. Les courtes journées d\'hiver sont sombres et grises, on ne sait même plus à quoi ressemble le soleil : voilà qui suffirait à déprimer un bonhomme de neige!
Ces derniers jours, les médecins et pharmaciens de la région accueillent d\'ailleurs de plus en plus de patients atteint d\'un mal étrange, qui ont des douleurs un peu partout, mais nul part précisément, qui sont fatigués, mais qui n\'ont jamais autant dormi, qui ont envie de ne rien faire, qui n\'ont pas le moral...
Quel est cet étrange virus qui atteint les francs-comtois? C\'est tout simplement le blues de l\'hiver! Voire, dans les cas les plus graves, une \"dépression saisonnière\".

La psychiatre Sylvette Richelet décrit la dépression saisonnière comme un mélange \"d\'anxiété, de troubles du sommeil et de l\'alimentation, un manque d\'entrain... Tout cela peut cacher une dépression saisonnière si cela revient chaque hiver\". Comme dans une dépression classique, le malade peut aller jusqu\'à avoir des idées suicidaires.
Cette pathologie serait essentiellement due au manque de lumière naturelle. Un simple rayon de soleil suffirait sans doute à redonner le moral à bien des francs-comtois.
Malheureusement, le soleil ne s\'achète pas encore au supermarché. A défaut, des ersatz sont toutefois disponibles. Les lampes utilisées en photothérapies ou en luminothérapie, disponibles en pharmacie, chez des vendeurs spécialisés en matériel médical ou sur internet, permettent ainsi de faire entrer le soleil chez soi.
Dans les cas moins extrêmes, quelques comprimés de vitamine C ou d\'omégas 3 (sans en abuser!), mais surtout du sport et une alimentation équilibrée, suffisent souvent à traverser l\'hiver sans trop de problème.

Les plus chanceux auront quitté la grisaille de la Franche-Comté pendant les vacances, et auront fait le plein de lumière sous des cieux plus ensoleillés. Les voilà donc prêts pour une rentrée qui s\'annonce pluvieuse, si ce n\'est neigeuse.
Mieux vaut donc regarder un peu plus loin sur le calendrier : le printemps arrive dans un mois, accompagné (souhaitons-le) d\'un superbe soleil, en pleine forme après s\'être reposé tout l\'hiver!

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?