Un réseau de proxénétisme découvert à Besançon

4 femmes et 4 hommes ont été interpellés la semaine dernière à Besançon, dans le cadre d'une enquête sur un éventuel réseau proxénète.

Voilà plus d'un an que le Groupement d'Intervention Régionale surveille quelques prostituées bisontines et leur entourage. L'envoi régulier d'importantes sommes d'argent à l'étranger a convaincu les enquêteurs que ces jeunes femmes étaient dépendantes d'un réseau complexe, apparemment basé en Roumanie.

Deux frères vivant en Roumanie et déjà connus de la justice seraient apparemment à la tête du trafic. Ils n'ont toutefois pas pu être interpellés par les enquêteurs franc-comtois, qui n'ont arrêté que des "seconds couteaux".
Parmi eux, il y a une jeune femme de 21 ans, enceinte de 3 mois et originaire de Roumanie. Elle travaille dans des bars américains et surveillerait les autres filles. Par ailleurs, elle envoie régulièrement en Roumanie des mandats de plusieurs milliers d'euros.
La jeune femme a toutefois assuré aux enquêteurs ne pas faire partie du réseau. Selon elle, l'argent qu'elle envoie provient de son salaire et est destiné à sa famille.
Une version contestée par certaines prostituées, qui désignent la jeune Roumaine comme l'une de leurs "surveillantes".

Du côté des hommes, les explications sont tout aussi innocentes : ces messieurs conduisaient certes les prostituées à leurs rendez-vous, souvent près du Casino de Besançon ou sur des parkings du centre-ville, mais seulement "par amitié ou par affection". Loin d'eux l'idée d'en tirer un quelconque bénéfice financier!

Les 8 individus interpellés ont été entendus la semaine dernière en comparution immédiate. Certains ont été écroués à l'issue de l'audience, dont la femme enceinte, d'autres ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire.
Des confrontations doivent maintenant être effectuées entre les différents protagonistes de l'affaire, tandis que l'enquête se poursuit, à l'étranger notamment, afin de tenter de démanteler ce réseau.

Laure Godey
Publié le mardi 13 juillet 2010 à 08h23

Confirmez-vous la suppression ?