Valentigney (25) : Une excitation vite retombée

Si, comme il l\'affirme, c\'était dans le seul but de la « stimuler sexuellement » qu\'il aura agi de la sorte, ce Boroillot de 23 ans devra à l\'avenir réfléchir à d\'autres techniques. Car durant la nuit de mardi à mercredi derniers, en serrant le cou de son épouse au cours de leurs ébats, il l\'aura moins vue grimper au 7e ciel… que chuter du 2e étage de leur immeuble de Valentigney, dans des circonstances encore mal connues.

Aux premiers témoins de la scène, la victime, une jeune Marocaine de 19 ans, aura par exemple déclaré avoir été « frappée et poussée » par son mari, avant d\'expliquer plus tard sur son lit d\'hôpital qu\'elle avait elle-même sauté. Mais toujours pour échapper aux coups de son homme.

Des violences que ce dernier, alcoolisé la nuit des faits, continue pour sa part de nier farouchement à ce jour… en dépit des traces de lutte constatées à l\'intérieur de l\'appartement.

Jusqu\'alors uniquement connu pour des délits routiers, il a été mis en examen pour violences conjugales ce jeudi et placé sous contrôle judiciaire le temps de l\'enquête. Avec interdiction d\'entrer en contact avec sa femme, dont le premier bilan médical fait notamment état de graves blessures au poignet, au bassin et à la colonne vertébrale.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?