Une fan de Dutronc brutalisée par des vigiles, à Besançon

Un jeune couple domicilié à Faverney, en Haute-Saône, se faisait une joie d\'aller au concert de Jacques Dutronc, jeudi dernier à Micropolis. Du haut de ses 28 ans, madame est fan du dandy sexagénaire.
Tellement fan qu\'à la fan du spectacle, elle a fait \"un pari stupide\" avec les amis qui l\'accompagnaient : \"t\'es pas cap de monter sur la scène. J\'ai dit OK en sachant bien que je serais virée illico\".
La jeune femme ne se doutait toutefois pas qu\'elle serait brutalisée pendant une vingtaine de minutes par des vigiles un peu trop zélés, ni qu\'elle ressortirait de ce concert tant attendu avec 3 semaines d\'arrêt de travail...

Dès que cette admiratrice de Dutronc a tenté de se hisser sur la scène, une fois le concert terminé, elle s\'est sentie tirée par un pied : \"Un vigile m\'a tiré tout au long de la scène, m\'a fait traverser le couloir de la salle puis le hall de Micropolis et m\'a amené dehors sur l\'esplanade. J\'ai pris peur, je me suis retrouvée plaquée sur le sol, il me tenait les poignets, j\'avais son genou dans le dos\".
La scène de violence ne fait que commencer : \"Je l\'ai insulté, je lui ai dit de me lâcher, qu\'il me faisait mal. A chaque fois il disait «Calme-toi» et enfonçait plus fort mes paumes, mes poignets sur le bitume et son genou dans le dos, je ne pouvais pas bouger, plus respirer, j\'ai hurlé de douleur, ça a duré vingt minutes\".
Précisons que la jeune femme ne pèse qu\'une cinquantaine de kilos, alors que le vigile en fait le double...

Le mari n\'est pas resté les bras ballants face à ce déferlement de violence. Mais dès qu\'il a voulu s\'interposer, un autre vigile l\'a à son tour plaqué au sol, sous les yeux des spectateurs qui commençaient à sortir de Micropolis.
Un troisième vigile est alors arrivé, et a demandé à ses collègues d\'arrêter. Comprenant que les choses avaient été trop loin, il a appelé la police et a conseillé au couple de porter plainte.
Après avoir subi des examens au CHU de Besançon, la victime s\'est vu prescrire 22 jours d\'arrêt de travail et son mari 10.

Il arrive souvent que des spectateurs tentent de monter sur la scène d\'un concert. Sont-ils tous traités aussi durement?
La réponse est non. Habituellement, les gens sont simplement tirés en arrière, avec parfois un avertissement. Et c\'est tout.
Pourquoi les choses ne se sont-elles pas passé comme cela jeudi dernier? La jeune femme n\'a pourtant rien d\'un \"voyou\", comme elle l\'a elle-même expliqué : maman de deux enfants, à la tête d\'une entreprise avec son mari, elle ne \"cherchait pas la bagarre. Le pari était stupide, mais pourquoi tant de violence?\".

Laure Godey
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?