Bye-bye Keolis, bonjour Transdev à Besançon

Le groupe Transdev, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations, a été choisi lundi soir lors du conseil communautaire de l'agglomération de Besançon pour gérer le réseau de bus urbain et le futur tramway de la ville, aux dépends de l'ancien gestionnaire Kéolis.

Les élus de la Communauté d'Agglomération du Grand Besançon (CAGB) ont choisi, à l'unanimité, le groupe Transdev pour assurer la gestion et l'exploitation des lignes urbaines du réseau de transports en commun Ginko dès le 1er janvier 2011.

Transdev a été préféré à Keolis, délégataire actuel et historique, et à Veolia, dans le cadre d'une délégation de service public (DSP) de 7 ans, incluant la mise en service de la première ligne de tramway en 2015.
La CAGB a précisé à l'AFP "ne pas être mécontente du travail de Kéolis", mais avoir préféré l'offre de Transdev, pour un "niveau de service le plus élevé, en volume de kilomètres commerciaux produits et en fréquences sur les réseaux" et "des objectifs forts en matière de développement de la fréquentation (+ 50 % d'ici 2017)".
Cette offre propose par ailleurs "un moindre recours au fonds publics puisque Transdev s'engage sur le niveau de recettes le plus élevé", a précisé l'agglomération dans un communiqué.
"La contribution forfaitaire cumulée du Grand Besançon sur la durée du contrat est la plus basse avec l'offre de Transdev (138,26 millions d'euros au total sur les 7 ans, hors options)," a-t-elle ajouté.

D'après la CAGB, le réseau Ginko du Grand Besançon est l'un des plus performants de France, avec une moyenne de 134 voyages par an et par habitant et 90.000 voyages par jour, soit près de 24 millions par an sur 18 lignes urbaines, 4 lignes de nuit et 31 lignes périurbaines.

L. L.
Publié le mardi 19 octobre 2010 à 15h43

Confirmez-vous la suppression ?