Catastrophe naturelle?

Le 26 juin dernier, un déluge s\'est abattu sur une partie de la Franche-Comté. Son arrivée rapide et imprévue (même par la météo) a empêché les promeneurs comme les automobilistes de trouver une arche où se réfugier. Résultat : les voitures se sont mises à flotter, les boutiques ont été inondées, des murs se sont écroulés, et les piétons n\'ont pas eu besoin de prendre de douche ce soir-là.
Des dégâts assez importants pour que la situation soit déclarée \"catastrophe naturelle\"... à Vesoul du moins! Or Besançon et les communes alentours n\'ont pas moins souffert de cet orage que leur voisine haut-saônoise : une centaine de bâtiments et une cinquantaine de véhicules ont ce jour-là été dégradés dans le Doubs.
C\'est pourquoi la ville de Besançon a déposé un dossier de demande de reconnaissance de catastrophe naturelle auprès des services de Météo - France. Les communes d\'Avanne-Aveney, Châtillon-le-Duc, Ecole-Valentin, Ferrières-les-Bois, Geneuille, Pelousey, Pirey, Saint-Vit, Serre-les-Sapins et Thise ont effectué la même démarche.
En cas de réponse positive, non seulement la jalousie qui règne actuellement entre Besançon et Vesoul ne sera plus de mise, mais les personnes sinistrées pourront en outre être indemnisées par leurs assurances. A condition toutefois de se manifester dans les 10 jours suivant la parution de l\'arrêté au Journal Officiel : l\'administration ne supporte pas les retardataires!
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?