Haute-Saône : Dangereux et fiers de l’être

Si la persévérance est souvent vue comme une qualité, elle peut aussi très vite devenir agaçante dans certains cas, pour ne pas dire désespérante.

A n'en pas douter, c'est ce profond sentiment de lassitude et d'impuissance que les gendarmes vésuliens auront hier ressenti, au moment d'auditionner deux chauffards incurables… au sens propre, comme au figuré. Car c'est toujours (au moins) sous l'emprise de l'alcool que chacun d'eux se sera fait gauler… à déjà trois reprises !

Le premier, un quinquagénaire sans emploi, aura connu sa "première fois" en 2006, alors qu'il circulait entre deux vins au volant de sa voiture. Un véhicule qu'il avait depuis délaissé (au contraire de ses mauvaises habitudes) pour une moto, au guidon de laquelle il était à nouveau surpris dans un état second (de même qu'en excès de vitesse) durant l'année 2012, avant donc de commettre sa troisième incartade dimanche dernier… cette fois-ci sur un scooter qu'il conduisait sans son permis (annulé précédemment) mais avec sa charge "normale" de bibine. A ce rythme-là, avec un peu de chance, peut-être finira-t-il bientôt à pied après une ultime tentative à vélo !

Un espoir illusoire que l'on ne saurait pas même nourrir à l'égard du second de ces fous dangereux : un menuisier de 26 ans qui, à l'inverse de son confrère, n'aura pas consommé que de l'alcool lors de son dernier faux pas personnel, commis le 19 janvier.

Convoqué hier pour prendre connaissance du résultat de ses analyses toxicologiques, il aura en effet "appris" qu'une bonne dose de cocaïne et d'amphétamines avait ce jour-là complété son cocktail. D'où l'annulation pure et simple de son très récent permis probatoire, obtenu après la perte de son précédent papier rose en 2011, à l'occasion de sa deuxième interpellation pour conduite en état d'ivresse.

Une impression de déjà-vu sur fond de surenchère qui laisse ainsi présager son possible probable acharnement en cette voie de l'inconscience après le 17 juin ; date à laquelle lui et l'autre multirécidiviste buté devront (théoriquement) se présenter devant le tribunal correctionnel, qui les a déjà jugés une fois chacun…

.
Publié le mardi 11 février 2014 à 15h54

Confirmez-vous la suppression ?