Montbéliard : De l’eau dans le jazz

On ne vous l\'apprendra pas : des goûts et des couleurs, on ne discute pas ! Néanmoins, ce rappel peut s\'avérer utile quand on pense à quel point il est facile en vérité de dénigrer plus ou moins consciemment (et objectivement) tout ce qui se heurte à notre sensibilité ; le risque étant alors de se montrer moralement blessant… mais plus encore d\'en souffrir soi-même physiquement.

Pour ne donner qu\'un exemple, nous prendrons celui d\'un adolescent qui, à la terrasse d\'un café de l\'agglomération de Montbéliard, avait eu l\'outrecuidance en juin 2012 de se railler des préférences musicales d\'un quinquagénaire. Soit une très mauvaise idée, compte tenu du fait que ce fervent amateur de jazz et ancien militaire parachutiste était ce jour-là bien imbibé… en plus d\'avoir dans ses veines le sang chaud de la Corse, d\'où il était initialement venu pour assister à un rassemblement d\'anciens combattants.

Réagissant vivement aux critiques adressées à Miles Davis et consorts, l\'impulsif méditerranéen, dont le frère était le gérant du débit de boissons, avait alors pris la direction des cuisines… pour en revenir armé d\'un couteau. De quoi assurément faire regretter ses propos infamants à ce jeune 16 ans qui, au final, en avait \"par chance\" été quitte pour une entaille superficielle avec supplément mandale et trois jours d\'arrêt de travail.

Alors que son procès avait lieu en ce début de semaine, l\'ex-troufion mélomane, depuis reparti sur son Ile de Beauté, n\'aura pas daigné répondre à sa convocation devant le tribunal de Montbéliard. D\'où le durcissement de sa peine prévisionnelle, passée de… 200 à 400 € d\'amende.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?