Disparition... et réapparition d\'un garçon de 15 ans à la gare de Dole

Un adolescent de 15 ans, originaire du Jura, était porté disparu depuis dimanche en fin de matinée. Il avait été vu pour la dernière fois en gare de Dole.
Après deux jours de recherche, les policiers l\'ont enfin retrouvé lundi soir, sain et sauf, de retour dans le Jura après un week-end à Paris.

Le jeune garçon, nommé Maxime, vit à Chambéria; il partait en vacances à Paris, chez son père.
Il est parti de la gare de Lons-le-Saunier en bus, dimanche à 10h14, et est arrivé sans encombre à la gare de Dole à 11h12. Là, l\'adolescent aurait du prendre un TGV pour Paris. Mais en raison des grève, celui-ci ne circulait pas.
Et c\'est là que se perd la trace de Maxime : a-t-il tenté de rejoindre Paris par ses propres moyens? Ou de revenir sur ses pas pour rentrer chez sa mère? Impossible de le savoir...

Les policiers de Dole ont rapidement lancé des recherches, mais ils avouaient hier qu\'ils n\'avaient \"pour l\'instant pas d\'éléments probants qui [les] orientent sur une piste\".
Toutes les hypothèses avaient donc été étudiées : \"On a fait beaucoup de recherches avec la SNCF pour voir s\'il avait pris un autre train, mais cela n\'a pas abouti\" a expliqué le capitaine en charge de l\'enquête.
\"Par précautions\", des plongeurs avaient également sondé le Doubs, à proximité de la gare de Dole, mais sans résultat.

Un avis de recherche avait été apposés dans la gare de Dole, afin de recueillir d\'éventuels témoignages. Un appel à témoin avait également été lancé par le magistrat du Parquet de Dole.

Ces recherches se sont finalement terminées lundi soir, vers 22h30, en gare de Dole : le jeune garçon y est en effet réapparu, bien surpris d\'avoir provoqué autant d\'inquiétude alors qu\'il passait, comme prévu, un week-end à Paris.
Il a expliqué qu\'il était monté dans la capitale dimanche en train, mais que n\'ayant pas trouvé son père, il était revenu en Franche-Comté le lendemain.

Donc tout est bien qui finit bien, la maman ainsi que les policiers dolois en seront quitte pour deux jours d\'inquiétude inutile!

R. Hingray
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?