Besançon : En toute innocence

Ce n\'est pas encore ce que l\'on pourrait véritablement appeler le \"regard qui tue\", mais ça n\'en aura pas été bien loin. Car pour avoir posé ses yeux sur des individus qui l\'auront justement vu d\'un sale œil, un bisontin d\'une trentaine d\'années s\'est retrouvé lundi soir aux urgences du CHU Minjoz, l\'abdomen perforé de deux coups de couteau.

Une agression purement gratuite qui n\'étonnera plus grand monde aujourd\'hui… pour peu que les enquêteurs valident bien sûr cette version, une fois levées quelques zones d\'ombre.

Interrogée hier sur son lit d\'hôpital, la victime, encore sous le choc mais hors de danger, s\'en est effectivement tenu pour le moment à des explications laconiques, racontant donc avoir été prise à partie sans raison valable par de parfaits inconnus sur un parking de Planoise.

Quant aux trois \"amis\" qui l\'accompagnaient ? Etrangement épargnés dans l\'affrontement, ce sont eux qui l\'auront déposée aux urgences... avant de disparaître aussi vite, sans s\'être depuis souciés de l\'état de forme du patient. De leur identité, on ne connaît pour l\'heure que des surnoms, alors que leur témoignage se fait par ailleurs toujours attendre…

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?