Enlevé pour une cigarette à Frambouhans

Un jeune homme de 25 ans a été enlevé, séquestré et tabassé au cours du week-end dernier parce qu'il avait refusé qu'une connaissance fume une cigarette dans son salon.
Ses agresseurs étaient jugés hier en comparution immédiate.

Tout est parti d'un malentendu. Deux amis de 38 et 23 ans étaient invités à Morteau afin de fêter une naissance. Au cours de la soirée, le plus jeune a fumé une cigarette devant une fenêtre du salon. Le geste n'a pas plus à la maitresse de maison, le ton est monté, les deux invités ont décidé de quitter la soirée.
Leurs hôtes leur alors ont emboité le pas et les ont suivi en voiture. Ils étaient cinq (le père, sa compagne, son fils et deux amis) et armés de poings américains.
La famille venait demander vengeance, mais les invités ne se sont pas laissé désarçonner.

Lorsque les Mortuaciens sont arrivés à Frambouhans, au domicile d'un de leurs "adversaires", ils ont été reçus à coups de barre de fer. Les deux copains ont ensuite poursuivi les 5 autres en voiture et les ont rattrapés à Charquemont.
Le fils de 25 ans a alors été extirpé de la voiture, frappé, et contraint de suivre ses agresseurs sous la menace d'une arme et sous la surveillance d'un rottweiler.
Retour au logement de Frambouhans, où le jeune homme est frappé, mais pas ligoté, comme les ravisseurs l'ont souligné au tribunal. Ceux-ci ont ensuite réclamé au père de leur victime 600 €, en dédommagement d'une vitre cassée et d'un oeil au beurre noir, et en échange de la libération du fils.

La séquestration a duré un peu plus d'une heure, après quoi les gendarmes sont intervenus. Les ravisseurs se sont rendus sans difficulté.

De l'avis général, les victimes tout comme les coupables ont "pété les câbles" au court de cette nuit. La famille Mortuacienne, qui n'avait probablement pas la conscience tranquille, n'était d'ailleurs pas présente à l'audience.
Les deux kidnappeurs ont tout de même été condamnés à huit mois de prison fermes. Ils purgeront leur peine sous le régime du bracelet électronique.

R. Hingray
Publié le mardi 8 novembre 2011 à 14h05

Confirmez-vous la suppression ?