Yonne : Heureuse frayeur

Visé par une procédure de mise en demeure qu\'il n\'aura pas vu venir, un patron de bar bourguignon apprenait le 22 mai dernier qu\'EDF le mettait au pied du mur pour un supposé défaut de paiement. Le deal : 10 jours pour payer ses arriérés sous peine d\'une « suspension de la fourniture d\'énergie » agrémentée de « pénalités [forfaitaires] de 30 € minimum ».

Un comble pour cet ancien électricien qui ne se savait pas redevable d\'une quelconque dette. Et pour cause ! A la lecture de ce courrier très officiel, l\'homme découvrira qu\'on lui réclame très exactement 0,00 € d\'impayés… toutes taxes comprises. Ce qui reste en l\'occurrence cher payé la coupure d\'électricité, nous sommes bien d\'accord.

Après avoir longuement hésité à remplir un chèque plus coûteux à être envoyé qu\'à être débité, l\'intéressé aurait finalement reçu depuis peu de fraîches nouvelles d\'EDF, mise « au courant » de la situation.

La société, toute disposée à faire l\'impasse sur la non-somme dûment clamée, aurait par ailleurs présenté des excuses à son client, en évoquant moins l\'errance d\'un comptable « mal éclairé » qu\'un dysfonctionnement dans le traitement automatisé des factures.

GéPé
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?