La fronde des associations de quartiers !

Depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, l'association des Vaîtes ne cesse de ferrailler contre le projet d'urbanisme qui l'inquiète au plus haut point. Idem pour l'association Chaprais-Rotonde. Fin septembre, c'était au tour du quartier des Montboucons de voir se constituer un collectif protestant contre les mesures du PLU, protestation qui pourrait bien se terminer devant le tribunal administratif.
Jusqu'ici éparpillées, les voix s'élevant contre les projets d'urbanisme de la Ville de Besançon ont décidé de s'unir pour mieux se faire entendre. Cinq associations et collectifs d’habitants de quartiers de Besançon viennent en effet de se retrouver pour former le "Collectif pour le cadre de vie à Besançon". On y trouve donc les associations des Vaîtes, des Chaprais, le collectif des Montboucons, le comité de quartier des Montboucons et un collectif d'habitants de la rue Mouras. Une première base représentant environ 500 personnes, pour un collectif qui pourra s'étendre, d'autres association de quartiers réflechissant actuellement à l'opportunité de le rejoindre.
"L'initiative de ce rassemblement est venue du collectif des Montboucons, explique Eric Daclin, porte-parole de l'association des Vaîtes. Chacun dans notre coin, nous avions l'impression d'être un peu marginalisés, mais quand nous avons confronté nos ressentis, nous nous sommes aperçu que nous avions, dans nos différents quartiers, les mêmes soucis : nous avons peur des mêmes dérives pour nos quartiers, et la mairie nous fait à tous la même réponse, qui est "Faites-nous confiance, Nous allons bâtir un beau quartier". Or, nous avons tous essayé de discuter avec la Ville et nous avons vraiment l'impression qu'on ne nous entend pas, voire que l'on nous cache les avancées réelles de certains projets, comme aux Vaîtes. Nous voulons bien jouer le jeu de la concertation, mais il est difficile de faire confiance à la Ville quand on s'aperçoit qu'elle refuse de nous écouter…"
Une telle initiative menée à moins de trois mois des élections municipales prêtera naturellement le flanc à toutes les accusations de manoeuvre politique. Un point qui "chatouille" Eric Daclin, qui refuse de laisser penser que le collectif est dirigé par des préoccupations d'ordre politique : "Que ce soit bien clair : nous ne voulons absolument pas faire la guerre à la Ville ou à M. Fousseret ! Notre seul intérêt est de faire avancer nos quartiers et de faire entendre les voix de leurs habitants. D'ailleurs, pour éviter toute confusion de la sorte, nous avons inscrit dans les statuts du collectif qu'aucun de ses membres ne pourrait figurer sur une quelconque liste aux élections municipales."
Publié le mercredi 19 décembre 2007 à 13h25

Confirmez-vous la suppression ?