Saint-loup-sur-Semouse (70) : Le privilège de l’âge

Adjugée par une avance de 1 129 petites voix sur Jacques Grosperrin, la réélection de Jean-Louis Fousseret à la mairie de Besançon n\'aura déjà pas tenu à grand-chose. Mais à Saint-loup-sur-Semouse, en Haute-Saône, le maintien du premier édile sortant de cette commune de 3 000 habitants se sera carrément joué à un cheveu : celui plus éparse et grisonnant de son équipe, qui, après avoir obtenu exactement le même score qu\'une autre liste ce dimanche, aura décroché la victoire… en raison de sa moyenne d\'âge plus élevée.

Dans les rares cas d\'égalité, c\'est en effet par cette innocente forme de discrimination que le code électoral prévoit de départager \"légitimement\" les candidats… rapportant ici 16 sièges sur 23 aux heureux ainés, et seulement 5 à leurs trop jeunes ex-æquo.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?