Besançon : Miroir aux alouettes

En s\'appelant Thomas Perruche, ce drôle d\'oiseau semblait destiné à pigeonner les gens. Pour le reste, sa technique aura été celle d\'un parfait vautour !

Jugé hier par le tribunal correctionnel de Montbéliard, le piaf de mauvais augure était en effet poursuivi pour vol (logique, me direz-vous) et escroquerie à l\'encontre d\'une vingtaine de personnes.

Des hommes de Nantes, Cannes mais aussi Besançon que cet ancien coiffeur de 28 ans avait séduits puis rencontrés par le biais d\'Internet entre 2009 et 2010, pour ensuite \"couper court\" – par déformation professionnelle – à leur relation, après seulement quelques jours ou semaines de vie commune.

A chaque fois, ses proies s\'étaient alors retrouvé le bec dans l\'eau en se faisant plumer. Ce qui avait permis au rapace de picorer plus de 11 000 euros ici et là, avant que son affaire ne finisse par battre de l\'aile.

Tout autant capable de jouer les pies voleuses au détriment de ses proches pour rejoindre à moindre frais ses tourtereaux, ce fin merle n\'avait déjà plus vraiment le profil de la blanche colombe.

Condamné à 6 reprises par le passé pour de semblables entourloupes, il a cette fois-ci vu s\'envoler sa liberté, en écopant d\'une mise en cage de deux ans, dont un an ferme.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?