Franche-Comté : On n\'arrête pas le progrès

En France, la technique a fait son apparition en 2008. Et si son usage ne semble pas encore très répandu, le « skimming » compte quand même à ce jour sa part d’adeptes… et de victimes. De quoi s’agit-il ? De la dernière tendance en termes de fraude à la carte bleue.

Redoutable d’insidiosité, elle consiste à vous subtiliser numéros de cartes et autres coordonnées bancaires à même les bornes de distributeurs automatiques de billets. Un tour de magie permis par l’installation d’un mouchard (plus ou moins repérable) sur la fente du lecteur : les données de chaque carte insérée par la suite étant alors scannées puis envoyées instantanément à l’autre bout du monde pour que soient opérés des retraits d’argent.

C’est ainsi notamment qu’à Dole, Saint-Vit ou Besançon, une dizaine de clients de la Banque Populaire et du Crédit Mutuel constataient en février dernier d’importants prélèvements sur leurs comptes depuis la Bulgarie ou le Vietnam… pour un préjudice global de près de 100 000 euros.

Une escroquerie qui a justement donné lieu cette semaine à l’interpellation hasardeuse de deux quadragénaires bulgares, surpris en possession d’un de ces appareils de piratage lors d’un contrôle routier… et depuis formellement identifiés sur les enregistrements de vidéosurveillance des distributeurs francs-comtois concernés par le détournement.

Mis en examen pour « détention de matériel destiné à la contrefaçon de moyens de paiement et escroquerie en bande organisée », ils ont été placés ce jeudi en détention provisoire à Besançon.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?