Besançon : Peace and love

Depuis quelque temps, les agressions de conducteurs vont "bon train" dans les bus bisontins. Et à ce problème, la ville semble avoir trouvé une explication toute rationnelle : les travaux du tramway !

Plus redoutable que la pleine lune, leur impact sur la mauvaise humeur des usagers des transports en commun serait en effet dévastateur et propice aux frictions. La faute à des retards, des trajets à rallonge, des circuits sans cesse déviés… bref, à une pagaille sans nom qui aura donc laissé craindre le pire à la municipalité, à l'heure où le pont Canot est désormais lui aussi fermé à toute circulation jusqu'au 21 octobre.

Jugeant dès lors opportun de limiter les frais (ou plutôt le manque à gagner des jours de grève), la municipalité a ainsi annoncé en ce début de semaine la nomination de cinq médiateurs, chargés d' « accompagner au mieux les usagers durant cette période délicate ».

Présents à partir d'aujourd'hui sur les lignes du réseau pour deux d'entre eux (les 3 autres entreront en fonction le 9 septembre), ces fins psychologues auront plus concrètement pour objectif de communiquer du lundi au vendredi avec la joie et le sourire les perturbations (in)attendues aux arrêts concernés, en vue de limiter les tensions à bord des bus.

Quant à savoir si eux, en jouant les tampons, parviendront à rassembler l'intégralité de leur dentition au terme de leur périlleuse mission, rien n'est certain. N'oublions pas que les travaux publics aussi ont vainement tenté de nous faire voir la vie en rose, avec des barrières fuchsia...

GéPé
Publié le mercredi 4 septembre 2013 à 11h37

Confirmez-vous la suppression ?