Besançon : Personæ non gratæ

Siège de la Gestapo durant les années 1940, l'Hôtel de Clévans a décidément le chic pour s'attirer des locataires à problèmes. Dans la nuit de mardi à mercredi, la façade de l'actuelle résidence du commandant de l'état-major de Force n°1 de Besançon a été recouverte de tags antimilitaristes, en lien avec l'intervention des troupes Françaises au Mali : « Assassins », « Pion de la Françafrique », « Vire Areva et Bolloré du Mali »et « Merde à Vauban », pouvait-on lire.

Si pour la Mémoire collective certains graffitis datant de la seconde guerre mondiale ont été préservés dans une ancienne cellule de la bâtisse, ceux du jour n'auront curieusement pas échappé à un nettoyage en règle.

C.R
Publié le jeudi 31 janvier 2013 à 11h28

Confirmez-vous la suppression ?