Doubs : Quand y’a de la gêne…

Parmi toutes les reines de l'escroquerie dont nous avons déjà eu l'occasion de parler, ces deux femmes de 40 et 50 ans étaient jusqu'alors celles qui nous avaient le plus impressionné par leur absence totale de scrupules. Mais depuis, nous avons trouvé mieux… ou plutôt pire : une trentenaire doubienne qui, par son audace, ferait (presque) passer nos précédentes favorites pour des enfants de chœur !

Nous en voulons pour preuve sa première arnaque de "haut vol" mise au jour en 2012 : parvenir à toucher indûment 25 000 € d'allocations chômages… alors qu'elle travaillait dans une agence Pôle Emploi. Ce qui, à l'époque, lui avait valu d'être licenciée… mais sans pour autant la dissuader de recommencer.

Après une période d'inactivité durant laquelle elle ne se sera pas gênée pour réclamer et percevoir 800 € d'indemnités chômage mensuelles, elle se sera bien gardée en effet de signaler son retour à l'emploi ; profitant ainsi à nouveau du système durant plusieurs mois (4 000 € de trop-perçu)… tout en détournant 4 000 autres euros de chèques dans le cadre de son nouveau boulot.

Raison pour laquelle elle recomparaissait donc ce mois-ci devant la justice bisontine. Laquelle s'est prononcée pour une condamnation à 7 mois de prison ferme de l'accusée, absente de l'audience en raison de la formation… qu'elle venait d'obtenir de Pôle Emploi suite à son nouveau licenciement.

.
Publié le vendredi 29 janvier 2016 à 08h54

Confirmez-vous la suppression ?