Pouilley-Français (25) : Sacrée soirée

Pour savoir qui refouler ou laisser passer, un vigile de discothèque se doit d\'avoir un sens affiné de l\'observation. Mais en cette nuit du 6 au 7 septembre 2014, l\'agent de sécurité posté devant l\'entrée de la Belle Epoque, à Pouilley-Français, n\'avait pas eu à forcer son talent de physionomiste pour sentir que ces trois compères de 19, 21 et 43 ans n\'avaient pas vraiment leur place sur la piste de danse…

Arrivés en trombe et en sens interdit sur le parking, ils s\'étaient garés sur une place handicapé avant de se présenter face au videur, un tantinet survoltés et fringués comme des sacs. Difficile en effet de se faire remarquer plus négativement ! Sauf bien sûr en réagissant comme ils l\'auront fait, après avoir appris qu\'ils ne pouvaient donc entrer.

Bien décidé à en venir aux mains avec le gardien du complexe nocturne, l\'un des fêtards balançait dans un premier temps des coups de poing dans le vide pour ensuite être mis K.O d\'un retour de mandale. Suite à cela, le plus jeune du trio s\'était alors empressé de prendre la direction de la voiture. Non pas pour se faire la malle, mais pour y récupérer un fusil à pompe…

Revenu devant les portes de la boite de nuit, il aura ainsi visé le vigile à bout portant durant près d\'une minute. Jusqu\'à ce que celui-ci ne se risque à le désarmer avec succès de sa pétoire heureusement non chargée.

Ce n\'est qu\'à ce moment-là que les lascars auront enfin jugé bon prendre la fuite… avant d\'être identifiés et interpellés grâce aux enregistrements vidéo de l\'échauffourée, et d\'être jugés en début de semaine par le tribunal correctionnel de Besançon, qui a infligé 4 mois de prison avec sursis à deux d\'entre eux, et 12 mois dont 6 ferme au plus menaçant des trois. Tous devant en outre indemniser leur victime.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?