Besançon-Planoise : Tombent les caméras

Comme un triste avant-goût de l\'automne où les feuilles mortes se ramasseront immanquablement à la pelle, en cette fin d\'été, on ne compte décidément plus à Besançon les caméras de surveillance qui déjà dépérissent à petit feu.

24h après que l\'une d\'elles eut été privée de la juteuse sève de 220 volts qui la nourrissait, une seconde (enfin… la cinquième au total) a en effet bien failli subir le même sort, dans la nuit de vendredi à samedi sur la place Cassin.

Ciblée par un incendie peu avant 22h, celle-ci aura vu intervenir les pompiers en moins de temps qu\'il n\'aurait fallu aux flammes pour atteindre son alimentation électrique, protégée par une plaque en fonte au pied du mât qui la supporte.

Un coup dans l\'eau pour le ou les auteurs des faits qui, en retour, pourraient bien se faire moucharder par leur victime, dont l\'enregistrement vidéo est actuellement entre les mains des services de police.

Car oui, la \"logique\" est telle qu\'il est bien souvent nécessaire de s\'exposer devant les caméras… pour qui ne veut surtout pas être filmé. Allez comprendre...

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?