Arc-lès-Gray (70) : Torts partagés ?

A la version des faits avancée par leur victime, ils n\'auront trouvé qu\'un seul point de concordance : celui d\'avoir effectivement été doublés sur la route par cet automobiliste et futur martyr.

Pour le reste, ces deux Graylois d\'une vingtaine d\'années, présentés jeudi dernier devant le tribunal de Vesoul, auront eu leur explication bien à eux pour justifier le motif de leur comparution. A savoir, trois paires de torgnoles retournées par la suite à ce malheureux conducteur, qu\'ils avaient pour cela suivi jusqu\'à un supermarché d\'Arc-lès-Gray.

Prétextant avoir été dépassé à près de 120 km/h dans un village et avoir été gratifié d\'un doigt d\'honneur au passage, le duo, alors accompagné d\'un mineur, aurait en effet trouvé judicieux d\'apprendre les bonnes manières à ce grossier fou du volant.

Après tout, en l\'absence des forces de l\'ordre, il n\'y a rien de plus normal à vouloir s\'improviser justicier… surtout quand on a déjà derrière soi plusieurs condamnations, comme tel était ainsi le cas des deux prévenus du jour, connus de la justice pour une série de vols aggravés.

Renvoyant aussi net la paternité du doigt d\'honneur à ses agresseurs, la victime aura quant à elle plus volontiers soutenu l\'hypothèse selon laquelle ceux-ci n\'auraient tout simplement pas supporté de se faire griller.

A 120 km/h au lieu de 50 ? La question demeure. Mais pour peu que ce supposé excès de vitesse ait réellement été atteint sans être sanctionné, le conducteur, en échappant à un envol de 6 points de permis, n\'aura pour sûr rien perdu au change en récoltant en retour 8 jours d\'ITT.

Un tarif maison pour lequel les deux accusés auront finalement été condamnés chacun à un mois de prison ferme.

C.R
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?