Un chauffeur aux idées coquines

Etre chauffeur de bus a des avantages : on voit du monde toute la journée, dont de très jolies femmes. Alors bien sûr parfois cela donne des idées... pas toujours très honnêtes.
Un chauffeur employé par la Régie des Transports de Belfort s\'est ainsi quelque peu laissé emporter par ses fantasmes... Alors qu\'il transportait mardi matin une jeune femme, l\'homme s\'est mis à flirter avec celle-ci, unique passagère du bus. La drague se fit de plus en plus lourde, les avances de plus en plus poussées. Les refus de la femme ne dissuadèrent pas le chauffeur, qui en \"oublia\" de s\'arrêter au terminus. Après un voyage dans les rues de Belfort qui dû sembler bien long à la victime, le bus consentit enfin à stopper sa course et à laisser échapper sa passagère. Celle-ci signala immédiatement sa mésaventure à la police, qui ne tarda pas à interpeller l\'entreprenant chauffeur.
Celui-ci avait apparemment pris des médicaments lui enlevant toute inhibition, ce qui explique sa conduite pour le moins sans-gêne. Une nuit dans un établissement spécialisé aurait dû le calmer sinon le guérir : pas du tout!
A peine sorti de l\'hôpital, l\'homme reprenait ses tentatives de drague. Sans plus de succès, puisqu\'il se retrouva une nouvelle fois au commissariat à la fin de la journée.
Les raisons de sa conduite étant médicales, l\'homme n\'écopa que d\'un arrêt maladie d\'une durée indéterminée.

Il n\'est apparemment pas rare que des médicaments aient des effets secondaires de ce genre. En résultent des histoires qui pourraient être drôles si les protagonistes arrivaient à retenir leurs \"pulsions\" pendant leurs heures de travail.
Car cette mésaventure donne une mauvaise image des transports de Belfort. La direction a d\'ailleurs tenu à préciser que les actes de ce chauffeur ne sont \"en aucun cas représentatifs de notre conception du service et du professionnalisme que démontrent au quotidien nos conducteurs dans leur travail\". Nous n\'en doutons pas...
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?