Un facteur écope d\'un PV pour conduite d\'une seule main

Un facteur de Rennes s\'est vu infliger une amende de 22 euros pour avoir conduit d\'une seule main son vélo durant sa tournée, a-t-on appris mercredi auprès du syndicat Sud, qui dénonce une \"arrestation au faciès\".

\"Les deux policiers en tenue ont voulu vérifier son identité. Il n\'avait que ses papiers professionnels. Ils ont insisté pour l\'embarquer ainsi que son vélo\", indique le syndicat Sud dans un communiqué.
Selon le syndicat, les policiers ont insisté mardi pour embarquer au commissariat le postier, dont le contrôle d\'alcoolémie s\'est avéré négatif, et lui ont refusé le droit de téléphoner à sa hiérarchie.

Sud a dénoncé une \"arrestation au faciès\", soulignant que le facteur est noir. \"Il n\'y a aucune raison d\'arrêter quelqu\'un qui circule en habits de postier sur un vélo de service au motif qu\'il roule d\'une seule main. Sinon pourquoi ? Peut-être parce qu\'il est noir\", s\'indigne un porte-parole, Alain Gilbert, interrogé par l\'AFP.

Pour le postier, le caractère discriminatoire de l\'arrestation ne fait aucun doute. \"Au commissariat, ils m\'ont dit: T\'es pas chez toi ici. C\'est clairement raciste\", a-t-il déclaré à l\'AFP.

Sud a exigé que la direction de la Poste \"demande des explications à la police et au procureur de la République\" au sujet de cet incident. Le facteur a indiqué de son côté qu\'il saisirait également la Halde.

Selon le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, Bernard Gicquel, le cycliste ne \"tenait pas du tout son guidon\" et se trouvait en situation d\'\"infraction caractérisée\". Le PV a, en outre, été\"précédé d\'une mise en garde qui n\'a pas été suivie d\'effet\", a-t-il souligné.

La contravention a été dressée sur la base de l\'article 412-6, qui avait également été invoqué fin mars pour verbaliser une automobiliste nantaise conduisant avec un niqab.
Ce texte critiqué prescrit que \"tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d\'exécuter commodément et sans délai toutes les manoeuvres qui lui incombent\", l\'appréciation étant laissée à l\'agent de la force publique.

© 2010 AFP
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?