Besançon : Un mal sans remède ?

En recevant hier en fin d\'après-midi la visite d\'un patient qu\'elle n\'avait jamais vu auparavant, cette doctoresse du quartier Planoise ne pensait sans doute pas devoir faire pareil diagnostic : celui d\'une inquiétante pathologie jusqu\'alors très rarement rencontrée dans les cabinets bisontins, et qui donc aura décidé cet homme d\'une vingtaine d\'années, bien conscient de la gravité de son cas, à attendre qu\'il n\'y ait plus personne dans la salle d\'attente… pour que soit effectivement confirmés les symptômes de son banditisme aigu.

Alors que de nombreuses variantes existent, en ce qui le concerne, c\'est en sortant une arme de poing au moment de se faire ausculter que l\'individu aura fait comprendre au médecin ce qu\'il en était.

N\'ayant alors pas le choix de se plier à ses quatre volontés, la quinquagénaire, en plus de lui offrir la consultation, lui remettait aussi l\'argent liquide qu\'elle possédait, sa carte bancaire, son code, ainsi que ses clefs de voiture, avant d\'être attachée avec le fil du téléphone et d\'enfin voir disparaître son agresseur.

Actuellement toujours recherché, le fuyard n\'aurait a priori pas réussi à trouver le véhicule ni pris le temps d\'effectuer le moindre retrait d\'argent avant que sa victime ne fasse opposition à sa carte bleue ; laissant ainsi penser qu\'il pourrait également être atteint de stupidité congénitale.

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?