Besançon : Un malade parmi les malades

Si le manque de personnel est un problème commun à bien des hôpitaux, il semblerait que celui-ci soit d\'autant plus flagrant au CHRU de Besançon, où, dans certains services, des agents déjà habitués à travailler en permanence avec le bleu de chauffe se sentent désormais obligés de porter une double casquette.

Au hasard, nous citerons l\'exemple d\'un aide-soignant, dont la mission principale s\'était enrichie dernièrement d\'une activité annexe d\'animation. Une initiative de son fait, et connue jusqu\'à hier de ses seules patientes : un public d\'au moins trois femmes âgées devant lesquelles il avait pris l\'habitude d\'improviser un spectacle de marionnette très particulier, lorsqu\'il passait dans leur chambre.

Nommé Popol, le seul et unique pantin qu\'il agitait face à elles était capable de se tenir droit sans ficelles ! Ce qu\'aucune des vieilles dames de 75 à 89 ans n\'aura néanmoins voulu vérifier, en se refusant toujours catégoriquement de toucher le curieux Guignol de ce quinquagénaire… dont les penchants lubriques tenaient d\'ailleurs du secret de Polichinelle, après une première condamnation en 2009 pour des faits d\'agression sexuelle.

Ainsi dénoncé ce mercredi par une spectatrice lassée de ce one-man-chaud de mauvais goût, l\'homme, qui sera jugé le 16 mai prochain, a pour le moment été placé sous contrôle judiciaire, avec pour obligation de se faire soigner… mais pas à l\'hôpital Minjoz, où il est de toute façon interdit de séjour, comme dans toute autre structure accueillant des personnes âgées.

Le concert de Frank Michael à Micropolis est déjà passé ? Bon, ça fera toujours une tentation de moins…

.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?